Le kouign-amann ou kouign amann [Tout savoir]

Le kouign-amann ou kouign amann sans trait d'union (prononciation : [kwiɲa'mɑ̃nː], pluriel breton kouign où-amann) est un gâteau, spécialité régionale de Douarnenez en Bretagne. En breton, kouign signifie « gâteau » ou « brioche » et amann, « beurre ». Il aurait été inventé par hasard vers 1860 par un boulanger douarneniste, Yves-René Scordia. Sa préparation est réputée délicate, comme en témoigne le dicton qu'affichent certains pâtissiers douarnenistes : « Le fait qui veut, le réussit qui peut ».

Une variante belliloise, nappée de caramel croustillant, est appelée « beurrée ».

Préparation :

Il est fabriqué à partir de pâte à pain, recouverte d'un mélange beurre-sucre puis repliée à la manière d'un feuilletage. Lors de la cuisson, le mélange beurre-sucre fond, imprègne la pâte à pain et suinte à travers le feuilletage pour caraméliser, ce qui confère au kouign-amann une texture fondante à l'intérieur, et croustillante et caramélisée à l'extérieur.

Le kouign-amann est proposé dans un grand nombre de boulangeries-pâtisseries en Bretagne. Il existe sous forme de galette ronde pour quatre à douze personnes, de parts découpées dans un grand plat (soit rectangulaire, soit rond, que l'on nomme alors « roue de charrette »), mais aussi en gâteau individuel.

Histoire :

La tradition et les souvenirs de ses descendants attribuent l'invention du kouign-amann à Yves-René Scordia. Celui-ci, né le 5 juillet 1828 à Ploaré (ancienne commune et paroisse du Finistère rattachée à celle de Douarnenez en 1945), se marie avec Marie Anne Corentine Guéguen le 16 juillet 1855 à Douarnenez. Yves-René Scordia demeure en 1855 rue Obscure ; en 1856, il ouvre une boulangerie avec son épouse, place Gabriel Péri. Le couple Scordia a cinq enfants dont Ursule Gabrielle Scordia, née le 10 mars 1861, rue Jean-Bart à Douarnenez.

Le kouign-amann aurait été inventé vers 1860 à une période où la farine faisait défaut alors que le beurre était abondant, d’où l’emploi d’éléments dans des proportions peu habituelles : quatre cents grammes de farine pour trois cents grammes de beurre, trois cents grammes de sucre, cette somme d'ingrédients donne une pâte non réussie. Le boulanger, pour éviter de jeter la préparation, l'aurait fait cuire et le résultat aurait donné un gâteau consistant et compact, mais succulent. Plusieurs autres histoires expliquent sa création : pâtisserie râtée, manque de farine face à l'afflux de clients.

Yves-René Scordia meurt le 11 octobre 1878. Ursule Gabrielle Scordia se marie le 14 juillet 1879 à Douarnenez avec Hervé Rolland Crozon. La boulangerie continuera avec sa veuve, sa fille Ursule et son gendre Hervé-Rolland Crozon, aidés par plusieurs employés qui, ayant une commande régulière de kouign-amann et souvent ne disposant pas de levure, ont trouvé le moyen de le faire avec du levain rapide ce qui améliora la recette.

La recette est vite copiée car Hervé Le Gall, ancien boulanger à Ploaré, signale que son père, originaire de Kernotten en Pouldavid (sud-ouest de la commune de Douarnenez) est venu à l'âge de 15 ans travailler chez Orven, boulanger en face de l'ancienne mairie, rue Anatole-France, en 1885. On y faisait déjà du kouign-amann.

L’affluence des touristes du début du XXe siècle contribue à le faire connaître et il est désormais copié dans le monde entier (notamment à Paris où la clientèle le veut moins gras), parfois mal3. Aussi quinze pâtissiers de Douarnenez créent le 16 novembre 1999 l’Association des Artisans Fabriquant le Kouign Amann de Douarnenez afin de promouvoir et de protéger leur produit de qualité4.

La popularité du gâteau gagne le Japon dans les années 1990 et les États-Unis dans les années 2000.

(Source : Wikipédia)

Publié dans Tout savoir

Commenter cet article